• ALTIJ

La branche française de l'alliance internationale des femmes Avocates s'implante en Occitanie

Dernière mise à jour : 7 avr. 2021

Lundi 8 mars 2021, a eu lieu la Conférence inaugurale de l’Alliance Internationale des Femmes Avocates (AIFA). Cette conférence inaugurale a permis à l’AIFA d’ouvrir des fenêtres sur le monde au travers de trois tables-rondes consacrées à la défense des droits des femmes pour l’égalité des genres, la pandémie comme facteur aggravant des inégalités pour les femmes et l’accession au pouvoir de ces dernières.


Déléguée à l’Innovation et au Numérique de l’Ordre des avocats du Barreau de Toulouse et managing partner du cabinet d’avocats Altij, Maître France Charruyer implante la branche française de l’AIFA en Occitanie.


Maître France Charruyer tient particulièrement à remercier Maître Marie-Catherine Djimi, présidente de l’AIFA, pour l’action qu’elle mène par la défense de la profession, pour sa confiance et la transmission de nos valeurs à la jeune génération.


Pour cet événement fondateur, l’AIFA a bénéficié de témoignages de femmes engagées – avocates, militantes et artistes – dont les contributions ont favorisé un dialogue pluriculturel entre le Congo (Bénédicte Kombi, Madeleine Sanga), Haïti (Magali Comeau Denis), la Mongolie (Tuvshintsengel Lu), le Maroc (Kenza Bounjou), le Pérou (Lizbeth Villanueva), le Québec (Linda Goupil), la Suisse (Lorraine de Germiny, Saskia Ditisheim), la Tunisie (Najet Brahmi), la France (Dominique Attias, Marie-Aimée Peyron), etc.


Animées par des avocates engagées sur le terrain pour la défense des droits des femmes, les tables-rondes nous ont livré des témoignages bouleversants sur les violences subies par les plus démunis et les problématiques auxquelles elles sont confrontées du seul fait d’exercer leur profession. La dégradation économique et la crise sanitaire sont des aspects malheureusement propices à la précarisation et à l’isolement des femmes, des enfants et des personnes vulnérables.


Maître Caroline Marty-Daudibertières a dressé un état des lieux en Occitanie, en s’attachant à décrire les mesures concrètes du Barreau de Toulouse : accompagnement des victimes, libération de la parole et permanences pénales quotidiennes soutenues par des auxiliaires de justice aguerris.


Maîtres Charruyer et Marty-Daudibertières soulignent la qualité de l’intervention de la région Occitanie et les dispositifs existants, notamment par les rencontres qui ont pu être faites avec des femmes de terrains telle que Nadia Bakiri et tant d’autres, très impliquées dans la mixité et qui œuvrent à la défense de l’égalité des droits dans des secteurs sensibles.


S’agissant de la dernière table-ronde, Maître Charruyer, salue la contribution pertinente de Linda Goupil, première québécoise à avoir occupé la fonction de ministre de la Justice et de Procureure générale de 1998 à 2001, dont l’énergie et la bienveillance auprès de toutes et tous interpelle, et a pointé l’importance d’une Alliance comme l’AIFA : « On ne construit pas des murs, on unit […]. C’est la force de chacun qui nous permet de faire de grandes choses ».


Ainsi, Maître Christiane Feral-Schuhl, première femme élue présidente du Conseil National des Barreaux, a décrit les efforts déjà accomplis et nous a parlé de son initiative au travers du « G7 Lawyers » sur la digitalisation et l’intelligence artificielle. Elle a alerté sur les risques de reproductions des schémas patriarcaux.


Il ne peut être question que de compétence pure car la dématérialisation est une force asexuée : la place des femmes dans le numérique est naturelle. Toutefois, il est impératif d’éviter la reproduction de biais de l’intelligence artificielle qui amplifie la discrimination dans les algorithmes.


À cet égard, Maître Charruyer et l’AIFA remercient Pierre Dunac, Bâtonnier de l’Ordre des avocats de Toulouse, et Maître Caroline Marty-Daudibertières pour leurs soutiens dans le lancement de deux pôles de la branche française de l’AIFA, implantée en Occitanie :

  • L’un naturellement consacré aux violences faites aux femmes et à leurs enfants ;

  • L’autre dédié à la data et au numérique, afin que les femmes s’approprient les nouveaux métiers émergeants, sous la houlette de Maître Charruyer par le biais de son association Data Ring.

Maître France Charruyer a clôturé cette conférence inaugurale en empruntant la formule de Georges Bernanos : « Un monde gagné par la technique est un monde perdu pour la liberté ». Il n’y a pas de technique sans conscience et nous avons un rôle moteur en tant qu’avocates dans la fabrication des modèles de demain. L’éducation de nos enfants en est la clé, tout autant que la défense des plus vulnérables. C’est donc avec une réelle fierté et une grande détermination que la branche française de l’AIFA, va agir aux côtés de femmes fortes et militantes en poursuivant les actions initiées par les ordres, les juridictions et les syndicats professionnels, en cristallisant et mobilisant les ressources nécessaires à la transmission des savoirs.


 

Liens utiles :

https://www.youtube.com/watch?v=mewWfO-5qN8

Site internet AIFA : https://www.aifa.ch/

Site internet DATA RING : https://www.data-ring.net/


réf. : ALTIJ, "La branche française de l'alliance internationale des femmes Avocates s'implante en Occitanie", Doctrin'Actu mars 2021, art. 163

Rechercher un article, un dossier, une notion, une jurisprudence, etc...